Guide voyage perou

Guide voyage Pérou

Perché sur la Cordillère des Andes, faisant face à l’immensité de l’océan Pacifique, le Pérou représente pour bien des voyageurs une terre de légende à nulle autre pareille. Il y a bien entendu des paysages d’exception mais surtout une culture locale qui, malgré les affres de l’histoire et un héritage colonial conséquent, a su conserver une grande part d’authenticité. Une tradition qui tire directement ses racines d’une civilisation ancestrale, les Incas, dont les nombreux vestiges fascinent et émerveillent jusqu’à nos jours…

Tous nos voyages au Pérou

Fiche pays
Climat

On distingue deux saisons principales : une saison humide qui s’étale d’octobre à avril et une saison sèche qui s’étend de mai à septembre. Cette dernière est la plus propice pour partir à la découverte du pays. Des informations à relativiser au regard de l’atypisme géographique du Pérou. Plus que les températures, l’humidité occupe un rôle central. Pas question d’arpenter la forêt amazonienne durant la saison humide. Les Andes, pour leur part, se fréquentent essentiellement à partir de mai. En revanche, le littoral connaît ses meilleurs jours entre décembre et mars.

Pays

Avec une altitude moyenne de 3 500 mètres, pour atteindre 6 768 mètres à son point culminant, le Pérou vit la tête dans les nuages. Ce pays de 1 285 220 km2 s’étire sur 2600 km le long de l’océan Pacifique. Les 28,2 millions d’habitants de cette République, présidée par Ollanta Humala, vivent dans une double culture mêlant traditions ancestrales et culte catholique imposé parles Conquistadors. De fait, si l’Espagnol est la langue officielle, l’antique Quechua survit par endroit. De même,le Catholicisme doit composer avec des croyances indiennes empreintes de paganisme.

L'artisanat

Dans un pays où les traditions sont vivaces et le développement économique guère avancé dans certaines zones reculées,on ne s’étonnera pas de voir prospérer dans tout le Pérou de nombreuses échoppes -- bien souvent improvisées-- proposant une large gamme de produits artisanaux. On pense principalement aux tissages de coton et de laine aux couleurs bigarrées bien connus à travers le monde entier.Les ponchos occupent évidemment une grande place sur les étals à côté des pulls, gants, couvertures et autres bonnets.On trouve sur les marchés artisanaux de nombreux bibelots qui font de parfaits petits souvenirs à prix réduits. Triptyques miniatures de divinités indiennes, églises de poche en argile,miroirs ornementaux encadrés de bois peint. Sans oublier les fameuses flûtes de Pan, ocarinas et autres grelots qui donnent ce son si particulier à la musique andine.

Informations pratiques
  • Passeport et visa

    Aucune formalité particulière préalable pour les ressortissants français pour un séjour inférieur ou égal à 3 mois. Le seul impératif est de présenter à la police des frontières un passeport affichant une marge de 6 mois de validité avant la date d’expiration.Sur place, les Migraciones accordent généralement un visa allant de 1 à 6 mois, non renouvelable.

  • Formalités douanières

    A l’heure où nous écrivons ces lignes, la législation péruvienne ne permet l’introduction sur le territoire que de 2 cartouches de cigarettes,250 grammes de tabac, 50 cigares et 3 litres d’alcool. Interdiction formelle de faire pénétrer toute nourriture. Bien sûr, ne pas tenter de sortir un quelconque objet archéologique du pays. Pour de plus amples informations, consultez http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs .

  • Boucler sa valise

    Au regard de la grande diversité climatique,mieux vaut prévoir toutes sortes de vêtements. Ne pas négliger de prendre une bonne paire de lunettes de soleil, indispensable dans les montagnes. Un répulsif contre les insectes ne sera également pas de trop en cas d’excursion dans la jungle.

  • Santé

    Outre le fait d’être à jour dans ses rappels de vaccins, le seul impératif est d’ajouter un sérum contre la fièvre jaune si une visite est prévue en zone amazonienne. Dans un tel cas, un traitement antipaludique est chaudement recommandé. Les plus précautionneux ajouteront des vaccins contre les hépatites A et B. De manière générale, on évitera l’eau du robinet mais aussi de croquer dans des fruits ou des légumes non lavés et non pelés. Les cardiaques,pour leur part, penseront à consulteravant d’envisager de grimper vers leshauts sommets andins. Pour plus deprécisions, se renseigner sur http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs .

  • Electricité

    Courant en 220 volts et prises conformes aux standards hexagonaux. Nul besoin d’adaptateur.

  • Devises

    A la fin du premier semestre 2014, le taux de change affichait 3,80 Sol Péruvien pour 1 euro échangé. Il est à noter que le Nuevo Sol est l’une des monnaies les plus stables de toute l’Amérique latine. Pour accéder à un taux intéressant, commission comprise,préférez les banques aux bureaux de change de l’aéroport. Bien sûr, mieux vaut éviter les changeurs « sauvages » prompts à arnaquer les touristes. Pensez tout de même à vérifier le taux de change avant le départ sur https://fr.finance.yahoo.com/devises/convertisseur/ .

  • Carte bancaire

    Les cartes bancaires usuelles sont acceptées dans la grande majorité des hôtels et des restaurants. Idem pour les grandes enseignes commerciales. On trouve en outre de fréquents distributeurs bancaires dans les principales villes.

  • Dollar americain

    Le dollar américain est très répandu. Il se substitue même au Sol à partir d’une certaine somme (autour de 15/20 $).Pour résumer grossièrement, on peut utiliser les Soles pour de menus achats et payer en dollars dès lors que les prix s’élèvent. Il est à noter que ceux-ci se retirent d’ailleurs dans une majorité des distributeurs automatiques.

Calendrier

On ne dénombre pas moins de 3 000 fêtes populaires chaque année à travers tout le Pérou. Aux grandes célébrations habituelles du calendrier chrétien viennent se greffer nombre de cérémonies autour de différents saints patrons. Messes, processions et bals se succèdent dans une ferveur religieuse mêlée à un certain paganisme. Au Pérou,le profane n’est jamais loin du sacré.De fait, les 28 et 29 juillet ont une résonnance toute particulière. De grandes commémorations patriotiques sont organisées dans l’ensemble du pays pour célébrer la Déclaration d’indépendance de 1821.

Lexique des expressions courantes

Comme le Castillan parlé en Espagne,le e sonne comme un « é », le u comme un « ou » et les lettres frappées d’un accent doivent être appuyées. Si le r se roule, la jota transforme le j en « rh ».Tout comme le g s’il est placé devant un « i » ou un « e ». Enfin, le v se rapproche du « b » et le z du « s ».


Un : uno, una

Deux : dos

Trois : tres

Bonjour (le matin) : buenos días.

Bonjour (après-midi, soir) : buenas tardes

Merci : gracias.

S’il vous plait : por favor.

Excusez-moi : disculpe.

Pardon (pour demander le passage) : permiso.

Au revoir : hasta luego, chao.

Bon appétit : provecho.

Oui : sí.

Non : no.

Quand ? : cuándo?

Combien ? : cuánto ?

Ouvert : abierto.

Fermé : cerrado.

L’addition : cuenta.

Prix : precio.

Petit-déjeuner : desayuno.

Déjeuner : almuerzo.

Notre Conseil

Les usages ne diffèrent guère.Tout juste pourra-t-on être surpris par le caractère chaleureux des locaux qui ont l’accolade facile.Quant aux dames, elles ne doivent pas rechigner à tendre la joue. Le Péruvien, en règle générale, se veut caballero, autrement dit galant.Par ailleurs, la religion occupe une place prépondérante. Plus qu’une curiosité architecturale, une église s’avère avant tout être un lieu de culte, de prière et de recueillement.A respecter en toutes circonstances.

Top 10 des incontournables
  • Place Mayor, Lima (Carte : A4)

    Incontestablement le joyau de la capitale. Cette place fleurie, au milieu de laquelle trône une jolie fontaine ceinte de plusieurs palmiers vertigineux, a un cachet indéniable. Elle est le témoignage vivant de la grandeur et de l’importance de la ville à l’époque coloniale. De fait, avec sa cathédrale majestueuse et ses riches palais - dont celui du gouvernement - aux balcons de bois ouvragés, la plaza Mayor éblouit par son décorum unique. Plus encore lorsque la nuit tombe et que ses façades ocres s’illuminent !

  • Convento de Santa Catalina, Arequipa (Carte : B5)

    C'est le plus grand couvent au monde avec son incroyable superficie de plus de 2 hectares. Santa Catalina est une petite ville avec son dédale de rues, de jardins et autres cloîtres. Erigé en 1580, l’ensemble a accueilli pendant près de 4 siècles jusqu’à 450 Carmélites,vivant retirées du monde jusqu’à leur mort.Elles ne sont plus qu’une quarantaine désormais à vaquer librement à leurs occupations dans un édifice singulier particulièrement bien conservé.

  • Chullpas de Sillustani (Carte : C5)

    Plongée passionnante dans la culture Colla, civilisation pré-inca ayant vécu sur les bords du lac Umayo jusqu’au xve siècle. Vestiges mystérieux de cette peuplade, les chullpas se dressent encore fièrement au dessus des eaux, perchés au sommet d’une petite colline dans un cadre envoûtant. Plus encore pour un site funéraire, car il s’agit bien de dernières demeures que ces tours. Certaines d’entre elles peuvent atteindre jusqu’à 12 mètres de hauteur. C’est dire l’importance accordée par les Collas à leurs disparus.

  • Lac Titicaca (Carte : C5)

    Etrange sentiment de quiétude et d’absolu sur les rives du lac Titicaca. Cette étendue d’eau de 8 000 km2,comme posée à 3 800 mètres d’altitude, offre un panorama des plus enchanteurs de toute l’Amérique latine. La lumière si particulière de l’Altiplano, le ciel se reflétant sur les flots, a quelque chose d’incroyablement surréaliste. Au gré des balades, notamment dans les îles, c’est aussi (et peut-être surtout) l’opportunité de découvrir des autochtones ayant conservé un mode de vie des plus traditionnels.

  • Ile de Taquile (Carte : C5)

    A 4 heures de bateau de Puno, au beau milieu du lac Titicaca, poser le pied sur l’île de Taquile revient à séjourner hors du temps. Dans un site naturel d’exception,ni routes, ni police, ni électricité, les autochtones vivent selon des coutumes ancestrales. Ils sont près de 1 500, tous vêtus de tenues traditionnelles et coupés de toute modernité, à cultiver un art de vivre fondé sur la communauté. Accueillants et bienveillants,ceux-ci ont paradoxalement trouvé dans le tourisme un moyen de préserver leurs traditions.

  • Place d’Armes, Cuzco (Carte :B4)

    Si Cuzco est surnommé le « nombril du monde », la place d’Armes en est l’épicentre. Au temps des Incas,celle que l’on appelait alors Huacaypata accueillait les cérémonies officielles. Après la conquête espagnole,les Conquistadors ont voulu faire de ce lieu prestigieux un symbole de leur toute-puissance. De fait, la place regorge de bâtisses coloniales éblouissantes,au premier rang desquelles la Cathédrale et l’Inglesia del Triunfo. Un chef-d’oeuvre architectural,les Andes en fond, en guise de carte postale.

  • Lignes de Nazca (Carte : B4)

    Voilà une énigme archéologique qui est loin d’être résolue. Ces simples sillons de terre, tracés au beau milieu d’un désert, composent de curieuses figures géométriques qui s’étendent à des kilomètres à la ronde. Difficile de réaliser l’ampleur du site sans prendre de l’altitude. Surplace, justement, un mirador permet d’apercevoir un lézard, un arbre ou encore des mains. Autant de représentations mystérieuses qui ont éveillé bien des fantasmes.

  • Machu Picchu (Carte : B4)

    Nul lieu n’est plus emblématique du Pérou que les incroyables vestiges du Machu Picchu. La citadelle inca, jamais découverte par les Conquistadors et tombée dans l’oubli jusqu’en 1911, est devenue le symbole de la Cordillère des Andes. Le mystère qui plane toujours sur ce site historique, perché sur un promontoire à 2 430 mètres, ajoute à la légende des lieux. Les 40 kilomètres du Chemin de l’Inca, sentier authentique, permettra aux plus aventuriers de mettre leurs pas dans ceux des anciens occupants !

  • Pisac (Carte : C4)

    Le petit village colonial de Pisac coule des jours paisibles à quelques 3 000 mètres d’altitude. La bourgade est réputée pour son marché incroyablement coloré qui se tient 3 fois par semaine (mardi, jeudi et dimanche). Ce n’est toutefois pas le seul intérêt rencontré dans ce coin de la Vallée sacrée des Incas. A 8 kilomètres de là, un site archéologique de tout premier ordre trône sur le versant d’une colline striée de terrasses agricoles ancestrales. Celles-ci sont toujours exploitées de nos jours.

  • Canyon del Colca (Carte : B4)

    Profond de 3 400 mètres, ce canyon est tout simplement l’un des plus vertigineux au monde. La balade sur les cimes offre de nombreux points de vue spectaculaires sur ces gorges qui s’étirent sur une centaine de kilomètres. En chemin, quelques villages voient leurs habitants, en costume folklorique,s’activer sur les cultures en terrasses accrochées au flanc des montagnes. Il n’est pas rare également d’être surpris par le survol d’un condor, d’apercevoir au loin un alpaga ou de croiser la route d’un lama.

Points d'interêts touristique
  • Place Mayor, Lima (A4)
  • Convento de Santa Catalina, Arequipa (B5)
  • Chullpas de Sillustani (C5)
  • Lac Titicaca (C5)
  • Ile de Taquile (C5)
  • Place d'Armes, Cuzco (B4)
  • Lignes de Nazca (B4)
  • Machu Picchu ( B4)
  • Pisac (C4)
  • Canyon del Colca (B4)
Pourquoi nous choisir